Analyse approfondie de la co-dépendance affective

Souvent méconnu, ce trouble psychologique se caractérise par une dépendance excessive envers une autre personne sur le plan émotionnel. Issues de traumatismes infantiles, ces relations toxiques peuvent avoir de graves répercussions tant sur le bien-être physique et que sur l’état mental. 

Définition de la co-dépendance affective 

La relation de dépendance s’explique fréquemment par des schémas relationnels dysfonctionnels appris durant l'enfance. L'estime de soi de l'individu dépendait du regard et de l'approbation d'autrui. Le co-dépendant a alors tendance à toujours placer les besoins des autres avant les siens. Il cherche à combler un manque affectif par le biais de relations qui ne lui sont pas bénéfiques sur le long terme. Sa faible estime personnelle l'amène aussi à accepter plus facilement des comportements de son partenaire comme la dépendance, la colère ou l'inconstance. Vous pouvez lire cet article pour en savoir plus sur ce trouble psychologique.

A découvrir également : Guide pour choisir les meilleures protections périodiques

Les origines et les causes de la co-dépendance affective

Les origines de la co-dépendance affective sont souvent liées à des expériences de vie négatives pendant l'enfance, notamment au sein de la cellule familiale. Des maltraitances psychologiques, une parentalité défaillante avec des parents eux-mêmes immatures ou en souffrance, ainsi que des relations fusionnelles ont pu instaurer chez l'enfant des schémas d'attachement. Grandir dans un climat d'instabilité émotionnelle, de contrôle exagéré ou au contraire de négligence affective ne favorise pas le développement sain de l'estime de soi. A l'âge adulte, ces schémas relationnels et émotionnels dysfonctionnels appris précocement peuvent expliquer la dépendance affective envers l'autre pour combler un manque de confiance en soi et d'acceptation de soi.

Les principaux profils de personnes co-dépendantes

Il existe plusieurs profils typiques de personnes souffrant de co-dépendance affective. 

Lire également : Comment prévenir le cancer

  • Le profil du "sauveur" qui prend toujours soin des autres avant lui-même et tire sa valeur de cette aide apportée.
  • Le profil du "martyr" qui s'oublie dans la victimisation et supporte des situations intenables par peur d'être seul.
  • Le profil du "complaisant" qui ne sait pas poser de limites pour éviter les conflits et le rejet.
  • Le profil du "rebelle" qui adopte des comportements excessifs pour attirer l'attention et masquer ses fragilités.
  • Le profil de la "mascotte" dont l'humour cache une tristesse et un besoin constant de validation.

Au-delà de ces archétypes, la co-dépendance se manifeste par une difficulté à vivre en dehors d'une relation affective et une baisse de l'estime de soi.

Les manifestations courantes de la co-dépendance affective 

Les personnes souffrant de co-dépendance affective présentent souvent un besoin constant d'approbation et de validation de la part de leur partenaire. Cela se traduit par une peur de le décevoir ou de ne pas répondre à ses attentes, et un manque de confiance en soi. Elles éprouvent aussi d'importantes difficultés à fixer des limites saines dans leurs relations amoureuses ou amicales de peur de perdre l'autre. Cela peut aller jusqu'à accepter des comportements toxiques. Leur estime personnelle affaiblie se répercute sur leur capacité à prendre des décisions de manière autonome sans consulter en permanence l'avis de leur entourage, au risque de négliger leurs propres besoins et préférences.

Les impacts de la co-dépendance sur la santé physique et mentale

La co-dépendance affective peut avoir de lourdes conséquences sur le bien-être physique et psychologique de la personne. Le stress permanent engendré par ce schéma relationnel malsain se traduit fréquemment par des troubles anxieux, une déprime chronique, voire des épisodes dépressifs caractérisés. Sur le plan somatique, la co-dépendance accroit les risques de développer des maladies liées au stress comme les troubles musculo-squelettiques, les troubles du sommeil ou les troubles digestifs. De plus, la faible estime de soi qui en découle peut conduire à adopter des comportements à risques face aux addictions (tabac, alcool, drogues...) afin de combler le manque affectif. La co-dépendance est donc un facteur de vulnérabilité face à certaines pathologies.

Les stratégies pour sortir de la co-dépendance affective 

Pour surmonter la co-dépendance affective, il est essentiel pour l'individu de renforcer son estime de soi en identifiant ses qualités et en validant ses propres choix sans se soucier en permanence de l'avis des autres. Apprendre à gérer seul ses émotions sans se raccrocher démesurément à l'humeur de son entourage est aussi primordial pour gagner en autonomie émotionnelle. Il s'agit aussi d'apprendre progressivement à établir des relations plus saines en posant des limites claires, en exprimant ses besoins sans culpabiliser et en acceptant de ne pas tout contrôler dans l'autre. Suivre une psychothérapie peut aider à comprendre les origines de ce schéma affectif pathogène puis à développer de nouveaux modes de relation plus épanouissants.

Les outils thérapeutiques pour surmonter la co-dépendance

La psychothérapie est l'outil privilégié pour sortir d'un schéma de co-dépendance affective. En individuel, la thérapie cognitive et comportementale permet d'identifier et de restructurer les pensées dysfonctionnelles à l'origine du problème. En groupe, la thérapie systémique donne l'opportunité d'observer et de modifier les interactions malsaines. La psychoéducation aide à comprendre les mécanismes de la co-dépendance tandis que l'EMDR accompagne le travail sur les traumatismes infantiles. Le suivi par un médecin généraliste ou addictologue est aussi important afin de gérer les éventuelles comorbidités. L'auto-support par des groupes de parole comme les Alcooliques Anonymes apporte également un soutien essentiel dans la durée. La multiplication de ces interventions permet une sortie progressive et durable de la dépendance affective.

La prévention des schémas relationnels co-dépendants:

Il est possible d'agir en amont pour prévenir l'installation de schémas relationnels co-dépendants, notamment chez les plus jeunes. Cela passe par le développement d'une saine estime de soi dès le plus âge, en aidant l'enfant à identifier et valoriser ses qualités intrinsèques. L'éducation doit aussi lui apprendre à identifier et exprimer clairement ses émotions. Les parents peuvent montrer l'exemple en adoptant des comportements matures, stables et bienveillants dans leur couple. Apprendre aux enfants à prendre des décisions de manière autonome les rend moins soumis au regard d'autrui. Enfin, leur transmettre les bases d'une communication respectueuse et l'importance de respecter ses propres limites sont des remparts efficaces contre la co-dépendance à l'âge adulte.

Conclusion

La co-dépendance affective est un problème complexe qui prend racine dans l'enfance et nécessite un travail thérapeutique sur le long terme pour être surmonté. Bien qu'elle engendre souvent une grande souffrance, des solutions existent grâce à la psychothérapie et au soutien de professionnels formés. Il est également important de sensibiliser le grand public à cette problématique afin de faire tomber les préjugés et tendre vers une société plus empathique où chacun puisse développer une saine estime de soi.